MIDI LIBRE nous consacre un article ! "À La Chamberte, ils sifflent aussi bien qu’ils jouent"

Un article nous est dédié sur le MIDI LIBRE du 24 Novembre 2020 !

TITRE : À La Chamberte, ils sifflent aussi bien qu’ils jouent

Dans le cadre des journées de l’arbitrage, le Montpellier Chamberte Handball invite ses licenciés à une initiation en visio.

Apprendre à tirer les jets de 7 m, mais aussi à les siffler. Très mobilisé sur les règles et le fair-play, le Montpellier Chamberte handball ne rate jamais les journées nationales de l’arbitrage. Contexte sanitaire oblige, le club de l’ouest de la ville invite cette année ses licenciés, bénévoles et même parents, à s’initier en visioconférence.

"Ça va durer un peu plus de deux heures samedi prochain, détaille Benjamin Beaufort, le président du club. On leur parlera de la tenue régulière de l’arbitre, pourquoi le devenir et quelles sont les valeurs qu’il défend." Après 15 années comme joueur et éducateur, le dirigeant arbitre lui-même au niveau national. Et les rudiments du sifflet, il les a appris au sein du club, en même temps qu’il développait ses shoots. "Les gens de ma génération ont été les premiers à s’y mettre pour aider le week-end. Mais depuis une dizaine d’années, cela a pris une place centrale."

Dès le plus jeune âge, les enfants sont donc initiés aux règles et progresseraient plus rapidement. "On a vu les évolutions, au plus tôt les jeunes découvrent l’arbitrage, au plus tôt ils comprennent l’intérêt de ne pas parler sur les décisions, la règle des trois pas, la reprise de dribble. Les premières générations sur lesquelles on a essayé évoluent aujourd’hui en – 15 ou – 18 ans. Ils ne font plus les fautes", analyse le président.

Pour ceux qui veulent aller plus loin et toucher eux-mêmes le sifflet, le club a instauré des formations internes : ateliers en salle, interventions d’arbitres et de techniciens, mises en situation lors de matches, avec un retour vidéo final pour progresser. Les plus volontaires sont alors dirigés vers les instances où ils peuvent s’aguerrir et commencer à intervenir sur des rencontres locales. "On a aujourd’hui 7 ou 8 jeunes qui arbitrent au niveau départemental et peuvent aller donner un coup de main", indique Benjamin Beaufort. Il espère les voir au plus haut niveau et "susciter des vocations" dans les années à venir. Pour les nouveaux licenciés, cela commence par l’initiation de samedi.

MIDI LIBRE